Pain au chocolat ou chocolatine ?

Les Français n’arrivent pas à se mettre d’accord. Le dimanche matin, quand une partie de la population se rend à la boulangerie pour acheter des croissants, l’autre achète des chocolatines. Les premiers rangent leurs courses dans des sacs plastique, les autres dans des poches plastique. Et la liste des régionalismes est longue !

Ce type de différence linguistique est présent dans d’autres pays : en Espagne, méfiez-vous lorsque vous commandez une bière, et apprenez le nom exact de ce que vous souhaitez, pour que le serveur vous apporte la bonne quantité :

C’est la même histoire outre Atlantique : pour saluer un groupe de personnes, les habitants du sud-est des États-Unis utilisent « y’all », contraction de you + all, alors que le reste des américains préfère « you guys ». D’autre part, il existe trois manières d’appeler les boissons gazeuses : soda, pop ou coke ; les zones géographiques correspondant à ces trois termes sont cependant moins marquées que pour le premier cas.

Revenons en France. Outre la fameuse querelle entre chocolatine et pain au chocolat, il existe de nombreux autres régionalismes. Je vous propose d’en découvrir (ou redécouvrir) quelques-uns.

« Tu me prêtes ton crayon gris ? » (Attention, ce n’est pas le crayon de couleur gris !)

Avec quoi lavez-vous le sol ? Une serpillère, une panosse, une cinse ?

Lorsque vous quittez votre domicile, vous clenchez ou fermez la porte ?

Le linguiste Mathieu Avanzi a mené l’enquête auprès des internautes sur la prononciation selon les régions dans le but cartographier la France selon les différences de prononciation. Il conclut son article ainsi :

Certains mots peuvent être prononcés de deux façons, et aucune des variantes en circulation n’est meilleure ou plus correcte que l’autre (contrairement ce que nous enseignent les dictionnaires et les ouvrages normatifs). Ces variantes font partie de la langue, et sont liées à l’identité des francophones : à vous d’en jouer pour essayer de vous fondre dans la masse, ou au contraire pour revendiquer votre origine régionale !

Soyez rassurés, l’important est d’être conscient de ces différences linguistiques et de les appliquer au mieux pour, comme l’explique Mathieu Avanzi, « se fondre dans la masse ».

À mon tour maintenant d’étudier la carte sur les termes espagnols pour commander une bière comme les locaux !

Publicado en Au Carrefour des langues.

Deja una respuesta

Tu dirección de correo electrónico no será publicada. Los campos obligatorios están marcados con *

Este sitio usa Akismet para reducir el spam. Aprende cómo se procesan los datos de tus comentarios.